Journal d’une absence partie 4

Retour à la partie précédante

 

 

CRYSTAL BALL SAVE US ALL TELL ME LIFE IS BEAUTIFUL           ( CRYSTAL BALL_KEANE)

 Jeudi 1er décembre 2016, cent-sixième jour sans toi

Novembre est enfin terminé. Ce mois n’est vraiment d’aucune utilité. Nous ne sommes que le 1er décembre mais déjà mon humeur a changée. Je me sens plus apaisée. Et ce matin on a été acheté un sapin et de quoi décorer l’appartement. On a choisis le violet et le doré comme couleurs principales.

Je crois que même le Chat était content, ça lui fait un jouet de plus. Il semble bien avoir accepté Elin, il passe ses nuits roulé en boule entre nous deux.

Je me souviens encore du jour où on l’a trouvé devant la porte. Il avait plu toute la journée le pauvre était trempé et tout maigre. Il était tout effrayé et parvenait à peine à miauler mais il ne lui a pas fallu beaucoup de temps pour se sentir chez lui.

Demain comme je ne travaille pas on a prévu d’aller faire les premiers marchés de Noël. Les artisans tenant des petits stands m’ont toujours fascinés je pourrais passer des heures à flâner entre les santons, les chocolats, les savons et le vin chaud.

Elin m’a proposé de passer quelques jours en Suède avant Noël pour que je constate les différences entre nos deux pays notamment au niveau des fêtes de fin d’année. C’est un pays qui a l’air très intéressant et j’ai hâte de le visiter. Elle habite à quelques heures de Stockholm.

J’espère être suffisamment loin de toi pour passer un bon moment.

 

PREND MOI SOUS TON AILE                 ( SOUS TON AILE_EIFFEL)

Dimanche 4 décembre 2016, cent-neuvième jour sans toi

J’ai vu ton père aujourd’hui ! Il n’a pas beaucoup changé, il m’impressionne toujours autant, aussi bien intellectuellement que physiquement. On a beaucoup parlé mais étonnement peu de toi. J’ai eu droit à un update familial. Je ne savais pas que ta mère l’avait trompée toute ses années et qu’elle ne s’en était jamais caché auprès de personne. Elle voulait un mari riche mais sans l’aimer, juste pour son compte en banque. Et toi qui disais qu’elle ne t’avait rien transmit, il semblerait que vous ayez le même objectif de vie. Tout ce que tu reprochais à la bourgeoisie dans laquelle tu as grandi est finalement devenu ton mode de vie. Déjà que je n’avais jamais compris ton rejet de la famille, maintenant que tu en copie le schéma j’ai encore plus de mal à te suivre. Peut-être que si j’avais connu mes parents plutôt qu’un foyer je penserai comme toi… mais là non, et je ne le comprendrais sans doute jamais.

Comme à chaque fois que l’on se voit ton père m’a offert un livre. Aujourd’hui c’est une édition rare des Liaisons Dangereuses, il l’a déniché à une vente aux enchères et elle serait l’une des premières versions imprimée. Nous somme resté tout l’après-midi à discuter en buvant un des vins qu’il sait si bien choisir. Il m’avait beaucoup manqué j’étais contente de le revoir. Je ne comprends pas comment un homme aussi gentil a-t-il bien pu finir entre ta mère et toi ? Il ne mérite pas ça…

Personne ne mérite ça.

 

I BURN A FIRE OF LOVE OVER AND OVER                (HEAVEN_DEPECHE MODE)

Mercredi 7 décembre 2016, cent douzième jour sans toi

C’est blanc ! Partout ! Et froid ! Comment font les suédois pour ne pas avoir envie de s’enfermer chez eux devant leur cheminée tout l’hiver ? Elin m’a répondu que c’était une question d’habitude, qu’ils avaient ça dans les gênes. Je ne pourrais jamais m’y habituer.

Avant de prendre l’avion ce matin j’ai cru t’apercevoir à l’aéroport. Enfin non je suis sûre que c’était toi. Mais Elin m’a parlé et je t’ai perdu du regard. Mon cœur a bondi d’une étrange manière, je n’étais pas prête à te voir je crois.

J’ai regretté de monter dans cet avion avec elle. J’aurais de loin préféré passer mon temps avec toi. Te retrouver. Je savais que tu reviendrais vers moi. Que ça n’était pas possible autrement. C’était obligé !  Tu ne pouvais pas me faire souffrir à ce point. Je savais que tôt ou tard tu te manifesterais.

Mais ne me rejoints pas ici, il fait trop froid

 

JE NE PARTAGE PAS MON ENNUI                       (NE M’EMBRASSE PAS_QUEEN MIMOSA)

Dimanche 11 décembre 2016, cent seizième jour sans toi

On est rentré de Suède ce matin. C’était un très beau voyage, c’est un pays vraiment intéressant culturellement. Il y a de vraies différences entre nous et encore plus avec les français. Les suédois sont très ouverts d’esprit. Tu peux avoir une conversation avec des gens dans un café ou même avec des passants à qui tu demandes ton chemin. Il y a une chaleur naturelle chez eux. Peut-être pour compenser avec leur climat. Moi qui n’aime ni avoir froid ni la neige, je ne pourrais définitivement pas passer ma vie là-bas. Mais je dois reconnaître que leur neige est plus jolie qu’ici où elle devient grise instantanément après avoir touchée le sol. Et comme ils ont l’habitude, ils savent gérer la situation et personne ne panique à l’arrivée des premiers flocons. Pour eux c’est normal.

C’est un pays que j’aime bien mais je n’ai pas apprécié mon séjour. Parce que j’étais avec Elin. C’est très méchant de dire ça je le sais mais comme on a vu beaucoup de ses amis ou de gens qui sont au courant de ce qui s’est passé dans sa famille elle était le centre de l’attention. Et je ne supporte pas que ça soit quelqu’un d’autre que moi tu le sais bien. Ses amis ont été très corrects avec moi mais je me sentais comme la pièce rapportée. Je suis une étrangère pour eux et ça m’a dérangé. Et puis je ne voulais pas leur raconter ma vie… Ma vie sans toi en tout cas. Mais parler toi tout le temps n’aurai pas été très fair-play pour Elin

Quand tu reviendras, on ira toutes les deux ?

 

YOU DEAR TO ME AND I KNOW                       (DEAR TO ME_ELECTRIC GUEST)

Jeudi 15 décembre 2016, cent vingtième jour sans toi

Je n’avais pas trop le moral aujourd’hui alors j’ai appelé Camille. Ça ne va pas fort avec Luke. Il travaille beaucoup et Camille a peur que cela cache quelque chose. Mais je ne le crois pas capable d’agir comme ça. Il n’est pas comme toi, il tient aux gens et ne veut pas leur faire de mal. Toi je crois que ça t’amuse de te faire désirer et de me faire languir. Tu sais que je n’attends qu’un signe de ta part, pour à nouveau ramper à tes pieds. Je t’appartiens totalement.

Depuis que je t’ai vu à l’aéroport je pense encore plus à toi qu’avant. Tout le temps. Même au travail c’est ton image qui m’obsède. Et une question ? Pourquoi n’es-tu pas venu me parler quand tu m’as vu ? Pourquoi ne reviens-tu pas ? Tu peux demander aux garçon ils connaissent mon adresse, ils te la donneront sans hésiter.

Mais refais moi un signe je ne peux pas croire que ce n’était qu’un hasard.

 

LAST CHRISTMAS I GIVE YOU MY HEART              (LAST CHRISTMAS_WHAM!)

Mardi 20 décembre 2016, cent vingt-cinquième jour sans toi

J’ai trouvé ton cadeau de Noël ! J’espère qu’il te plaira. C’était le dernier cadeau qu’il me restait à trouver. Tu vas le fêter avec ta nouvelle famille j’imagine ? C’est triste, j’aurais aimé que tu sois avec nous. On va aller chez Luke et Camille avec Elin. Je suis un peu impatiente de revoir Brussels. Et toi aussi peut-être ? Je ne t’ai pas revu dans Paris donc je pense que tu es rentré à la maison. Tu dois te douter que je vais rentrer et qu’on se recroisera dans les rues. Tu n’aimes pas Paris et je te comprends.

Quelle qu’elle soit, une ville sans toi n’a pas d’intérêt.

On arrive le 23 dans l’après-midi et on repart le 26… Tu auras le temps de passer… Mais comme Elin voudra sûrement visiter la ville.

Appelle-moi avant qu’on soit sûr de ne pas se louper.

 

BUT MAYBE I SHOULDN’T ASK FOR HIS NAME                       (PASS THIS ON_THE KNIFE) 

Mardi 27 décembre 2016, cent-trente deuxième jour sans toi

Noël était long cette année. Et tu n’es pas passé me voir. Est-ce qu’il te laisse sortir au moins ? Ou alors vous avez passez Noël à la montagne comme des gros bourgeois ? Si c’est ça je serais déçue je ne comprends pas comment tu peux du jour au lendemain remettre tes convictions en question juste à cause d’un homme, je croyais que tu avais toujours été comme ça, un peu rebelle et antisystème. Je ne serais pas étonnée si j’apprenais que tu allais fermer ta galerie parce que c’est trop arty et donc dangereux pour la bien-pensance. Il ne manquerait plus qu’il te fasse aller à l’église. HAHAHA !! Tu as troqué tes résilles touées et des jeans déchirés contre des chemises à col Claudine ? C’est quoi le plus confortables, les baskets ou les mocassins ? J’ai du mal à concevoir que tu puisses être heureuse dans ces circonstances.

En tout cas moi je ne le suis pas.

 

I HATE YOU MORE THAN I HATE EVERYTHING IN THE WORLD                                         (HOW I NEEDED YOU_PUGGY)

Jeudi 29 décembre 2016, cent trente-quatrième jour sans toi

Je me suis fait virer du bar aujourd’hui. Pour une raison injuste. A cause de toi. Tu t’es installée en terrasse. Tu pensais que je ne te verrai pas ? A peine étais tu assises que j’ai crié ton nom et ai couru te prendre dans mes bras. Tu m’as repoussée en me demandant ce qui m’arrivait. Les autres clients ont parus surpris que tu joues à ce petit jeu avec moi. Mais tu n’en as pas démordu, tu as prétendu ne pas me connaître et tu as crié si fort en te débattant que le patron est arrivée et m’a demandé des explications. Tu l’as mis dans la confidence car il m’a assuré que je faisais erreur et que ça n’était pas toi. Enfin quand même ! Je ne suis pas folle ! Je saurais te reconnaître, même si tu as changé de couleur de cheveux, tu es inscrite en moi et je ne pourrais pas me tromper. Le patron m’a convoquée en entretient il m’a dit qu’il ne pouvait pas tolérer ce genre de comportement. Il m’a viré sur le champ. Quand je suis sortie je pensais que tu serais à côté à m’attendre. Pour t’excuser d’avoir agis comme ça et de m’avoir fait perdre mon travail. Mais tu n’y étais pas. J’ai erré dans les rues à ta recherche mais je ne t’ai pas trouvée. Tu peux demander mon adresse au bar, ils la connaissent.

Je savais que tu reviendrais ! Tu ne m’as pas oublié, c’est mon cadeau de Noël !

 

QUE DIS TU DE PRENDRE LE LARGE, SI TOUT DOIT SAUTER SOYONS LES PREMIERS             (LE PONT MARIE_FEU! CHATTERTON)

Vendredi 30 décembre 2016, cent trente-cinquième jour sans toi

C’est la première fois que je me dispute avec Elin. A cause de toi. Elle m’a dit que je me faisais des idées à te voir partout. Que ce n’étais pas toi et que c’était mon inconscient qui s’exprimait. Et en plus elle te reproche de m’avoir fait perdre mon travail. Mais je sais que c’était toi. C’est un malentendu avec le patron. Je vais aller lui parler et je suis sûre qu’il m’écoutera et qu’il comprendra. Je ne sais pas pourquoi les gens s’évertuent à t’en vouloir et à dire que tout est de ta faute. Mais tu sais que moi je ne t’en veux pas et que quoi que tu fasses je resterai à tes côtés. Mais ça commence à devenir long…

Reviens et fais-moi un signe s’il te plait. Ainsi les autres se rendront compte de leurs erreurs.

 

JAMAIS NOTRE HISTOIRE NE SERA SALIE ENTRE TOI ET MOI     (L WORLD _ INDOCHINE)

Dimanche 1er janvier 2017, cent trente-septième jour sans toi

L’année commence sans toi et déjà elle m’ennuie. Je n’ai pas pardonné à Elin les mots qu’elle a eus à ton égard. Elle m’a dit que j’agissais de manière puérile et stupide quand je lui ai annoncé que je ne passerai pas le réveillon avec elle. Déjà que je n’ai jamais aimé ça, le nouvel an, mais passer la soirée avec ses amis qui sont des inconnus non merci. Je n’ai jamais compris le principe de fêter un changement de mois, autant attendre la nouvelle année scolaire, ou fiscale plutôt que civile, c’est absurde.

Elin m’a dit que ça devrait être à cause de toi, que j’espérais sûrement que tu m’appelles ce soir, que j’attendais en vain que tu reviennes, mais que tu étais bien trop égoïste pour penser à moi et que jamais tu ne daignerais abaisser ton nouveau train de vie pour revenir avec moi, que tu étais bien trop embourgeoisée pour recommencer avec une dépressive chronique en mal d’amour comme moi. Mais c’est faux ! Tu vas revenir avec moi je le sens. Bientôt tu seras de retour.

Je suis resté à la maison avec le Chat un livre et du thé et j’ai finis pas m’endormir sur le canapé. Je ne l’ai pas entendu rentrer mais je crois qu’il était environ 2h du matin, je ne suis pas sûr qu’elle se soit amusée, déjà qu’elle est partie fâchée… je crois que j’ai gâché sa soirée.

Pour un peu m’excuser et me faire pardonner de mon comportement je lui ai préparé et apporter le petit déjeuner au lit.

Elin m’a souri et m’a fait une place dans le lit. Son baiser était tout doux. J’avais raison… elle n’a pas passé une bonne soirée, les gens étaient tous chiants elle a préféré partir tôt et rentrer à pied pour réfléchir.

Je me suis excusé encore et je lui ai proposé qu’on oublie cette histoire et qu’on aborde la nouvelle année sur de bonne base. Elle m’a dit qu’elle était d’accord et s’est excusé aussi. Elle est tellement gentille.

J’espère que cette année sera gentille aussi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s