Journal d’une absence partie 1

CAUSE I’M AFRAID TO BE ALONE          (BECAUSE I WANT YOU_PLACEBO)

Jeudi 18 août 2016, premier jour sans toi

 Tu es partie depuis moins de vingt-quatre heures et déjà ton fantôme hante les pièces de l’appartement. Tout semble vide et dénué de sens, je sens encore ton parfum, mais pour combien de temps ? Je repense à hier, à ce qu’on s’est dit, aux jours d’avant, à la lueur dans tes yeux quand tu t’es réveillée à côté de moi, comme tous les matins depuis quatre ans… C’est long quatre ans, mais cette première journée me semble plus longue encore.

HOW IT’S WEIRD LIVING INSIDE THE TOWN EMPTY DAYS WITHOUT YOU                                      (MISSES_GIRLS IN HAWAI)

 Lundi 22 août 2016, cinquième jour sans toi

 Le Chat aussi cherche après toi, il gratte à la porte du bureau en espérant que tu lui ouvres et que tu râles parce que tu ne pourras pas te concentrer s’il est sur tes genoux. Il me regarde avec ses grands yeux jaunes comme s’il voulait me dire « Ça va aller, t’en fais pas on va y arriver». Évidemment que non ça ne va pas aller et je ne veux pas y arriver. Tu me manques et tout le monde s’en fout. J’ai reçu des messages ce week-end me demandant si je ne voulais pas sortir, au moins pour « prendre l’air ».  Le seul air que je veux prendre c’est le tien. Rien d’autre.

I WANT YOU BACK, BACK, BACK, YOU BACK         (AIRPLANES_LOCAL NATIVE)

 Vendredi 26 août, neuvième jour sans toi

 Je suis passé récupérer mes affaires au travail aujourd’hui, je leur ai dit que je ne reviendrais pas. Qu’il n’avait qu’à considérer ça comme une longue maladie. Car oui, sans toi je suis malade, c’est comme si on m’avait arraché le cœur, peut-être un poumon aussi. La douleur de ton absence est trop forte pour que je la supporte. Tu as toujours été forte toi, pas moi…

 THE ONLY THING THAT EVER CAME EASY TO HER WAS ME AND TRAGEDY  LEAVE YOUR PRETTY TO ME_SEMI PRECIOUS WEAPONS

Mercredi  31 août, quatorzième jour sans toi

Clara est passée à la maison aujourd’hui, pour voir comment j’allais. Comment veut elle que j’aille ?! Elle a dit que j’avais une tête à faire peur… c’est son indifférence à la situation qui m’effraie moi, comme si elle ne se rendait pas compte du drame que je vis en ce moment…

Tu es sûre de ne pas vouloir me donner un signe ?

GET OUT OF MY MIND WITH YOU SO COME ON OVER      (I WANN GET LOST WITH YOU_STEREOPHONICS)

Vendredi 2 septembre, seizième jour sans toi

Clara est revenue ce matin. Avec un médecin. Je savais que ta sœur pouvait être une emmerdeuse, tu m’avais prévenu mais à ce point je ne m’en étais pas encore rendu compte. Le médecin m’a conseillé de « Vous reposer, de manger et de sortir, voir du monde… De ne pas rester enfermé mademoiselle, c’est important au vue de la situation. Vous êtes jeune, vous avez la vie devant vous. Il ne faut pas se laisser abattre. » Ecoute connard, je vais anéantir ce qui te maintient en vie et on verra comment tu réagis !

Je n’ai pas envie de voir du monde, je suis sortie acheter des clopes hier, et tous les gens que j’ai croisés m’ont rappelé à toi. Une couleur de cheveux, une boucle d’oreille, une paire de chaussures… C’est comme si tu avais laissé ton ADN dans tout Bruxelles… sauf en moi.

YOU ARE NEVER COMING HOME NEVER COMING HOME       (THE GHOST OF YOU_MY CHEMICAL ROMANCE)

Jeudi 8 septembre 2016, vingt-deuxième jour sans toi

Luke et Camille sont venus cet après-midi. Pour commencer à ranger tes affaires, ils ont dit que maintenant tu n’en aurais plus besoin. Déjà que tu n’as plus besoin de moi… Je n’ai pas voulu les laisser faire, mais je n’ai pas réussi à les en empêcher, je ne me lève quasiment pas du canapé, j’y reste toute la journée à fixer la porte, en espérant que tu la franchisses à nouveau. Que tu me dises que tu es désolée, que tu n’aurais pas dû… qu’on peut reprendre comme avant…

Parce que moi j’ai besoin toi.

I WAS CRYIN’ WHEN I MET YOU NOW I’M TRYIN’ TO FORGET YOU  (CRYIN’_AEROSMITH)

  Samedi 17 septembre 2016, trente-et-unième jour sans toi

Un mois déjà…  J’ai fait courir la flamme du briquet sur mes doigts, puis je l’ai soufflé comme une bougie, espérant m’éteindre en même temps qu’elle. Ton vide me ronge de l’intérieur, j’ai mal de toi.

YOU’VE GOT THE POCKET FULL OF REASONS WHY YOU’RE HERE TONIGHT       (COLLAR FULL_PANIC AT THE DISCO)

 Mardi 20 septembre 2016, trente-quatrième jour sans toi

Aujourd’hui je me suis retrouvée à l’hôpital. Je me rappelle être sorti pour aller acheter des croquettes au Chat et puis plus rien. Les couloirs blancs et les infirmières qui me disent que je suis trop maigre, trop pâle. Je leur fait peur. Mais le médecin semble compréhensif, il m’a autorisé à sortir si quelqu’un venait me chercher et restait avec moi cette nuit.

Alors j’ai appelé Camille. Il est venu me chercher sans dire un mot, même dans la voiture il me regardait du coin de l’œil, mais ne disait rien. Il s’est arrêté pour faire des courses avant de rentrer, il a préparé le repas pendant que j’étais sous la douche. Un risotto aux asperges… Celui de notre rencontre un lendemain de Noël. J’ai souris tristement, il ne doit pas s’en souvenir.

Il s’est excusé de nous avoir présentées ce jour-là. Il pense que je n’étais pas prête à voir quelqu’un, surtout toi, c’était risqué. Mais ce n’est pas de sa faute, j’avais déjà vu des photos de toi chez Luke et j’étais tombée amoureuse de toi de suite. Et ce soir-là, dès que tu es entrée dans la pièce j’en ai eu le souffle coupé, tu étais si belle. En discutant avec toi au cours de la soirée ça a été une vraie révélation, tu étais brillante et captivante en plus d’être sublime. Je n’avais pas d’autre choix que de m’abandonner à toi.

THE REGRETS ARE USELESS IN MY MIND, SHE’S IN MY HEAD (GREEN DAY_ WHATSERNAME)

            Jeudi 22 septembre 2016, trente-sixième jour sans toi

J’ai couché avec Camille mardi… Je lui ai dit que je ne voulais pas dormir seule alors il est resté et c’est couché contre moi. Il m’a laissé faire quand j’ai glissé mes mains sous son t-shirt et que j’ai commencé à l’embrasser. C’était bizarre parce que c’est comme si j’en avais toujours eu envie sans jamais oser en parler.

J’avais oublié comme c’était l’amour avec un garçon, au début j’ai eu mal mais il était doux alors c’est vite passé. Quand on a eu fini je me suis excusée, vis-à-vis de lui, et de Luke aussi… Il m’a dit que ce n’était pas grave et qu’il ne lui dirait pas.

Je me suis mise à pleurer parce que moi je m’en veux, il m’a serré contre lui en silence.

J’espère que toi aussi tu m’en veux. Au moins maintenant tu sais ce que ça fait.

MY MISTAKES WERE MADE FOR YOU (THE LAST SHADOW PUPPETS)

            Dimanche 25 septembre 2016, trente-neuvième jour sans toi

J’ai pris le train pour Paris ce matin. Je ne sais pas trop pourquoi. Mais Bruxelles commence à me lasser. Ton empreinte disparaît de jours en jours alors qu’en moi la douleur ne veut même pas se faire oublier un instant.

Ah tiens… le café de notre petite rue derrière la Fontaine des innocents est fermé, tu te rappelles, c’est là qu’on avait passé Noël l’an dernier… Presque quarante jours sans te voir et je n’ai rien oublié de toi, je pourrais te dessiner les yeux fermés, deviner l’expression exacte de ton visage à la simple intonation de ta voix.

Pour toi j’imagine que je ne suis déjà plus qu’un souvenir. Que tu ne parles jamais de moi, à personne… Comme si je n’avais jamais existé dans ta vie. Encore plus insignifiante qu’une erreur de parcours, un petit crochet malheureux dans le parcours sans faute et tracé d’avance de ta vie parfaite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s